fbpx

Mon arrivée au centre

Je suis arrivée a CIMA au début du janvier, en pleine période de vacances scolaires. Un moment privilégié pour apprendre a connaitre les enfants qui ont davantage de temps libre. Grace a cela, j’ai pu passer beaucoup de temps a parler avec les enfants ce qui m’a permis d’apprendre rapidement l’espagnol. Ce fut l’une de mes inquiétudes avant de venir au Pérou : que la barrière de la langue soit très contraignante. Mais je fus agréablement surprise de voir que les enfants venaient toujours parler avec moi, malgré mes difficultés a m’exprimer en espagnol. Le personnel a également été très compréhensif a ce niveau la.

clases-idiomas

Une journée type

Je partage le quotidien des enfants de CIMA. Le matin, j’aide dans les différents ateliers. Avec les autres volontaires, nous nous coordonnons afin qu’il y ait toujours au moins l’un d’entre nous qui soit en cuisine. Ils ont toujours besoin d’aide. Les autres peuvent alors aider dans les autres ateliers ou donner des cours particuliers aux enfants demandeurs. Etant donné que ce sont les vacances scolaires, ces cours sont facultatifs. Mais de nombreux enfants nous sollicitent, notamment pour apprendre des langues étrangères. Pour ma part, j’enseigne le français a quatre garçons de façon régulière, mais également a d’autre de façon plus ponctuelle durant l’après-midi, que ce soit en français ou en anglais.
L’après midi est plus libre pour les enfants. J’essaie donc de les distraire en jouant avec eux afin qu’ils ne s’ennuient pas trop. En effet, lorsqu’ils s’ennuient, ils ont tendance a penser aux attraits de la rue. J’ai donc beaucoup jouer avec eux, et particulièrement aux cartes. Je leur en ai enseigne quelques uns, et eux m’en ont enseigne d’autres en retour. Mais certains après midi, les tuteurs organisent des activités pour leur pavillon. Les volontaires peuvent alors participer. Je suis par exemple allée a la rivière avec eux, ou encore gravir les montagnes avoisinantes.

Volontaires/enfants de CIMA : un véritable échange

Les garçons sont très curieux de connaitre la culture du pays d’origine des volontaires. “C’est comment chez toi ? Quel type de nourriture ? Les gens sont différents ?” . La venue des volontaires est donc pour eux une belle opportunité d’ouvrir leurs horizons. Mais vivre avec eux me permet a moi aussi de découvrir une culture différente, une autre façon de voir les choses.
Les enfants voient aussi dans les volontaires une chance de pouvoir se confier a quelqu’un. Ce n’est pas toujours possible de parler entre eux de choses intimes. Ainsi nous passons de temps a discuter avec eux. Je suis admiratives de leur capacités a rire et s’amuser après les événements traumatisants qu’ils ont pu vivre. Se confronter a des réalités plus dures que celles rencontrées en France est très enrichissant pour moi.

Ainsi, si je devais résumer mes deux mois de volontariat a CIMA, ce serait “une belle aventure humaine”. Il est agréable de se lever le matin en se disant que l’ont va œuvrer pour une cause qui nous semble juste. J’attends les aventures des quatre prochains mois avec impatience !
Camille.

 

 

Facebook Comments

Attachments
  • volunteering-at-cima
  • rio
  • clases-idiomas
  • cerro-cima
Volunteering-at-CIMA
libro-cima-sistematizacion

Related Post

Leave us a reply

*

*